samedi 16 février 2019
Accueil | Société | Affaire des 50 millions entre HCIM et le Gouvernement : La rectification du tir en vain du Ministre Koïta

Affaire des 50 millions entre HCIM et le Gouvernement : La rectification du tir en vain du Ministre Koïta

C’était à quelques jours du meeting du Haut Conseil Islamique du Mali que le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne, Porte-parole du Gouvernement, Amadou Koïta, a fait une sortie médiatique. Ce, pour tenter de rectifier le tir, suite au refus du HCIM des 50 millions FCFA que le Gouvernement avait volontairement donné pour l’organisation. On se pose la question de savoir pourquoi cette justification juste après le refus catégorique du HCIM ?

Dans la perspective de l’organisation d’un meeting initié par les Responsables du Haut Conseil Islamique du Mali, en partenariat du Cherif  de Nioro, le Gouvernement, à travers le Premier Ministre, avait estimé nécessaire d’apporter volontairement sa contribution aux frais d’organisation de l’événement. Mais, à la grande surprise de tous, le HCIM, par la voix de son Président, a décidé de ne pas accepter cette enveloppe de 50 millions de nos francs. Le Président Mahmoud Dicko a publié une vidéo donnant des détails sur leur refus de cette enveloppe. Sur vidéo, l’Imam Dicko disait dans un premier temps que si le Président IBK lui donnait de l’argent à lui, il est prêt à l’accepter pas pour son titre de président mais en raison du droit d’ainesse. Mais, pour ce meeting, il  n’est pas prêt à recevoir des sous de l’Exécutif ni de personne d’autre aussi. Même si l’argent parviendrait des bonnes volontés de la Communauté musulmane. «Donc, après cette annonce, on ne saurait aucunement accepter un montant de quiconque», selon l’Imam. L’objectif primordial est de faire venir en grand nombre et de façon volontaire, la communauté musulmane du Mali pour un meeting de prières et de recueillement face à la crise multidimensionnelle que traverse le pays depuis 2012. «Nous remercions le Chef du Gouvernement pour cet honneur ; mais nous ne pouvons pas recevoir cet argent en aucune manière. Par contre, le Gouvernement peut trouver mieux à faire avec cet argent comme à titre d’exemple apporter de la nourriture à ceux qui en ont besoin actuellement, pourquoi pas dans les camps de Refugiés ou des Déplacés », a précisé l’Imam Dicko.

Selon le contenu de la déclaration du Ministre Koïta, suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux relative à cet appui financier proposé par le Gouvernement, le Gouvernement reconnait avoir octroyé un soutien moral et financier au Haut Conseil Islamique du Mali. À ses dires, le Gouvernement l’a fait par le passé, pour d’autres évènements et activités du HCIM, comme d’autres organisations qui œuvrent à la consolidation de la cohésion sociale, de la démocratie et du vivre ensemble dans notre pays. Le Gouvernement rappelle qu’il est l’objet quotidiennement de sollicitations pour divers appuis émanant d’une variété d’organisations maliennes. «Nous avons toujours traité ces demandes avec beaucoup d’égards. En répondant à ces demandes d’aide, il n’a jamais été question d’autre chose que  de gestes de solidarité envers des organisations qui ne sont pas toujours dotées de Budgets de fonctionnement conséquents. Il n’a, donc, jamais été dans l’intention du Gouvernement de tenter d’influencer quelque Responsable d’aucune organisation. Le Gouvernement prend, donc, acte du fait que la rencontre du Haut Conseil Islamique du Mali du dimanche 9 février dernier ne requiert pas d’assistance financière et formule ses vœux de réussite à cette rencontre dédiée à la prière pour la paix au Mali. Toute fois, dans le contexte difficile que traverse notre pays avec notre tissu social qui demande d’être ressoudé, nous appelons l’ensemble des personnalités publiques  au sens de la responsabilité. Cet appel à savoir raison garder s’adresse particulièrement aux sentinelles morales que sont  nos leaders religieux, les chefs coutumiers, les leaders d’opinions et Responsables à divers niveaux, qui aideraient le Mali en prêchant par exemple  par le bon exemple ».

À l’analyse de cette déclaration, force est d’admettre que le Pouvoir exécutif cherche ici à ce justifier. Mais, malheureusement, ce fut  sans convaincre personne. Parce que cette déclaration pouvait être faite avant le refus mais pas après. Donc, en octroyant des sous dans ce sens explique autre chose qui ne dit pas son nom. Puisque le Gouvernement a été pris à contre pied par le Haut Conseil Islamique, il tente, donc, de se justifier. Mais, on ne saurait tromper éternellement la vigilance de tout un Peuple. Donc, le Peuple malien commence à tout et clairement comprendre.

Mohamed  BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Surdité au Mali : 6734 sourds muets enregistrés

La salle de conférence de la Fédération malienne de personnes handicapées (FEMAPH) a abrité une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :