lundi 21 janvier 2019
Accueil | Politique | 9e Conférence nationale de l’URD : La vérité au Peuple

9e Conférence nationale de l’URD : La vérité au Peuple

Plusieurs fois annoncée, plusieurs fois reportée, la Conférence nationale du parti URD (Union pour la République et la Démocratie), finalement, s’est tenue dans la salle des spectacles du Stade Omnisports Modibo Kéïta de Bamako le samedi 15 décembre 2018 dernier.  À cause du thème central intitulé  «La vérité est au Peuple», l’AMAP, l’ORTM et L’ESSOR n’ont pas  été autorisés ni à couvrir  ni à diffuser cette activité. 

Au programme, il y a eu une séance  de projection d’un film retraçant à la fois la vie du parti de la 8eSession à ce jour, en plus des moments forts des campagnes électorales ainsi que des mouvements de contestations dans lesquelles le parti a toujours pris part.

Lors du discours d’ouverture des travaux, le Président du parti, l’Honorable Soumaïla Cissé,  et son Directeur de campagnes, Tiébilé Dramé, ont passé en revue la situation sociopolitique nationale.

La conférence a enregistré la participation de 500 Délégués venus de toutes les sections de l’Intérieur et de l‘Extérieur du pays.

Au cours de cette conférence, deux temps forts ont marqué les débats. Ce sont Ia  présentation du Rapport d’activités du Bureau Politique National et du Rapport de l’atelier de Sélingué ayant  proposé des reformes pour permettre au pays de renouer avec la démocratie.  Le Président du parti, l’Honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition, avant de déclarer ouverts les travaux de la présente 9conférence nationale, s’est longuement adressé aux Délégués de toutes les sections du parti dont les 15 (sections) de  l’extérieur. Il a passé en revue les motifs de contestations des résultats des élections présidentielles passées et a rassuré ses militants et sympathisants que ni les arrestations, ni les détentions arbitraires, ni les violences et autres brutalités policières d’un autre âge, ni la censure honteuse de la télévision nationale, ni les menaces de toutes sortes ne leur feront accepter l’inacceptable. Certes, le Peuple malien a de la patience, mais qu’on ne s’y trompe pas, il conserve tout son courage et tout son honneur. «N’en doutez pas un seul instant, le Peuple malien saura toujours défendre et restaurer sa dignité et sa souveraineté aujourd’hui, bafouées… Oui, tout le monde reconnait que notre pays s’enfonce chaque jour davantage dans une crise multiforme sans aucune perspective de sortie. Ainsi, des grèves et manifestations se suivent pour dénoncer : qui la vie chère ; qui la violation de la Constitution ; qui le projet de découpage territorial ; qui le projet de loi d’entente nationale…», a déclaré Soumaïla Cisséqui a mis l’occasion à profit pour réitérer les propositions concrètes de sortie de crise du parti de la poignée des mains. «Pour le système électoral, nous proposons d’introduire la proportionnelle dans le mode de scrutin et la mise en place d’un organe autonome de gestion des élections. Ainsi, l’innovation principale consiste à avoir à côté des Députés élus dans les Régions, 5 Députés élus par les Maliens de l’Extérieur et une liste nationale de 75 Députés comprenant 25 Femmes et 25 Jeunes. Le nombre total des Députés passera désormais à 185 au lieu de 147 actuellement sans les Maliens de l’Extérieur. En ce qui concerne le découpage territorial, nous proposons d’ériger tous les 50 cercles existants en Régions et de ramener à 2 niveaux au lieu de 3 actuellement la hiérarchie administrative ainsi que celle des collectivités. Notre réforme envisage au niveau du Haut Conseil des Collectivités, en plus des Conseillers nationaux élus dans les Régions, les Communes du District de Bamako et des Régions des Maliens de l’Extérieur, à raison de 2 par Région, 5 Représentants élus par les Leaders Religieux, 5 Représentants élus par les Chefs Traditionnels et Coutumiers, soit un total de 150 Conseillers Nationaux. Ceci renforcera la gouvernance locale et rapprochera davantage l’Administration des administrés », a déclaré solennellement l’Honorable Soumaïla Cissé.

Ensuite, c’est son Directeur de campagnes, comme à son accoutumée, qui montera au créneau  pour épingler la mauvaise Gouvernance du Régime d’IBK. « Aujourd’hui, le pays s’enfonce, il est dans l’impasse. Le marasme économique et financier frappe à toutes les portes. La vérité, c’est que le Pouvoir a échoué. Mais notre Peuple n’a pas dit son dernier mot », a fustigé Tiébilé Dramé. 

Au cours de cette conférence nationale, le Président Soumaïla Cissé a annoncé officiellement l’adhésion à son parti de quatre Députés. Il s’agit notamment Ousmane Kouyaté du RPM, élu à Kolokani ; du Commissaire Niamey Kéïta du RPM, élu à Nara et de Mody Fofana du RPM, élu à Kéniéba et Bakary Woyo du parti FARE, élu à Bougouni.

La conférence nationale est une instance du parti qui se tient une fois par an.

Mahamadou YATTARA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Système électoral : L’ancien PM Moussa Mara demande des améliorations dont la démission du président sortant ou le transfert du pouvoir…

Ils étaient au total 24 candidats lors du dernier scrutin présidentiel. Au sortir des résultats, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :