lundi 24 septembre 2018
Accueil | Société | 14 soldats maliens tués et 18 autres blessés dans l’attaque du camp de Soumpi : -Pourquoi les hélicoptères ne sont pas entrés en action ? -L’opposition exige d’IBK des explications

14 soldats maliens tués et 18 autres blessés dans l’attaque du camp de Soumpi : -Pourquoi les hélicoptères ne sont pas entrés en action ? -L’opposition exige d’IBK des explications

Le samedi 27 janvier dernier, au moins 14 soldats maliens ont été tués et 18 autres grièvement blessés dans l’attaque du camp militaire de Soumpi, dans la Région de Tombouctou.  Face à cette barbarie dont ont été victimes les FAMA, 12 partis politiques de l’opposition exigent que lumière soit faite sur cette attaque et sur les circonstances du revers subi par nos FAMA. Ils pointent du doigt accusateur vers le Président IBK et exigent qu’il s’explique  à la Nation. Il faut que le Président de la République déclare devant le Peuple malien : pourquoi les hélicoptères ne sont pas entrés urgemment en action pour neutraliser les assaillants et secourir les blessés ? 

Incontestablement, l’année 2018 s’annonce ardue au Mali. La situation sécuritaire du pays devient de plus en plus détériorée. Du 1er au 28 janvier 2018, il y a eu, au moins, 75 personnes qui ont perdu la vie au Mali. Parmi  ces victimes mortelles, 23 militaires, 3 Agents des Douanes et des dizaines de civils.

Pour ce faire, les 12 partis politiques de l’opposition se sont manifestés. À travers le Cabinet du Chef de file de l’opposition, ils ont fait une déclaration, le mercredi 31 janvier 2018.

En effet, après avoir  salué la mémoire des victimes civiles et militaires et présenté leurs sincères condoléances aux familles éplorées et à la Nation malienne tout entière, ils  se sont montrés « profondément » préoccupés devant la détérioration de la situation sécuritaire de notre pays.

Face à cette tragédie, l’opposition exige à ce que toute la lumière soit faite sur l’attaque du camp  militaire de Soumpi et sur les circonstances du revers subi par les FAMA.

Ainsi, lors de l’attaque advenue, le samedi dernier, 14 soldats maliens ont perdu la vie et plusieurs autres ont été grièvement blessés. Pour l’opposition  politique, cela ne devrait pas arriver à nos braves militaires alors que notre pays dispose des hélicoptères.

«Le Président de la République doit dire à la Nation pourquoi les hélicoptères, récemment acquis, ne sont pas entrés en action, le samedi 27 janvier, pour neutraliser les assaillants et secourir les blessés ? Étaient-ils en état de voler ? Pourquoi sont-ils restés cloués au sol ? Pour l’opposition, la cote d’alerte est dépassée : le Président de la République et son gouvernement, indifférents au sort du Peuple malien, ont démontré la preuve de leur incapacité à endiguer l’insécurité dans le pays depuis plus de quatre (4) ans », a-t-elle interpellé le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

En tout état de cause, croient les partis politiques de l’opposition, «  le Peuple souverain du Mali saura, à la faveur des prochaines consultations électorales, tirer les leçons de cette preuve d’incapacité du Président IBK et de ses gouvernements successifs à restaurer la sécurité et la stabilité ».

Par ailleurs, « les partis politiques de l’opposition invitent toutes les forces démocratiques et patriotiques, la société civile, les organisations des femmes et des jeunes à se mobiliser pour défendre nos  FAMA et dénoncer l’incurie, l’insouciance et l’incompétence du Président de la République et de son gouvernement », a déclaré furieusement l’opposition.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

An 58 du Mali indépendant : Quels gâchis avec l’Azawad dont le drapeau flotte à Kidal

Le Mali traverse une période scandaleuse au niveau de deux aspects aussi regrettables qu’humiliants pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *